En 2019, le Bureau national d’examen dentaire du Canada (BNED), dans le cadre de son plan stratégique quinquennal, s’est engagé à entreprendre une évaluation du Processus d’équivalence existant pour les diplômés de programmes dentaires non-agréés. Cet évaluation/révision visait à déterminer les points forts et les domaines potentiels d’amélioration de l’évaluation des diplômés internationaux en médecine dentaire qui cherchent à obtenir un permis d’exercice au Canada.

Le BNED avait déjà examiné le plan directeur du Processus d’équivalence en 2016 après avoir terminé une étude nationale visant à identifier et à mesurer les connaissances, les compétences et les capacités requises pour accéder à la pratique dentaire au Canada. À l’aide des résultats de cette analyse, les examinateurs du BNED ont révisé les plans directeurs de chacun des examens du Processus d’équivalence; l’Évaluation des connaissances fondamentales (ÉCF), l’Évaluation des habiletés cliniques (ÉHC) et l’Évaluation du jugement clinique (ÉJC) et ont recommandé une série de changements au Conseil.

Au cours de la dernière année, le BNED a affiné sa vision du Processus d’équivalence révisé et a consulté bon nombre de ses parties prenantes. Le résultat est un plan en plusieurs étapes pour modifier le Processus d’équivalence.

La première étape consiste à réduire le nombre total de questions de l’ÉCF. L’ÉCF est actuellement un examen avec 300 questions à choix multiples. Après une enquête approfondie, des consultants psychométriques indépendants ont recommandé de réduire le nombre de questions de l’examen, tout en maintenant une validité et une fiabilité solides. Par conséquent, à compter d’août 2021, l’ÉCF comprendra 200 questions envoyées par voie électronique.

La deuxième étape est une mise à jour des critères d’admissibilité à l’examen. Actuellement, les candidats qui réussissent l’ÉCF sont admissibles à la fois à l’ÉJC et à l’ÉHC. À compter de 2022, les participants qui ont réussi l’AFK seront admissibles à l’ÉJC uniquement. Après avoir passé et réussi l’ÉJC, les candidats seront alors admissibles à l’ÉHC. Ce changement est apporté pour plusieurs raisons. Tout d’abord, il aligne les tests sur le principe selon lequel les individus doivent démontrer qu’ils ont un jugement clinique avant d’effectuer des compétences techniques sur des patients, en particulier des procédures dentaires irréversibles. L’ÉJC est également nettement moins chère que l’ÉHC. Un examen des statistiques a indiqué que plusieurs candidats ont réussi l’ÉHC, mais ont échoué à l’ÉJC et n’étaient plus admissibles à terminer le Processus d’équivalence. La BNED passera les mois à venir à mettre à jour ses règlements et à élaborer les processus d’application des nouveaux critères d’admissibilité.

La troisième étape concerne l’ÉHC. Actuellement, il est possible de se présenter un maximum de trois fois à l’ÉHC et les candidats peuvent échouer à l’une des 12 exigences et cependant passer l’examen. Avec le modèle de Processus d’équivalence mis à jour, un candidat pourra se présenter à l’ÉHC un nombre illimité de fois jusqu’à ce qu’il réussisse. Cependant, il/elle ne sera pas autorisé(e) à échouer à aucun des exigences. Il s’agit d’un changement important par rapport à la structure existante. La nouvelle ÉHC introduira des exigences supplémentaires qui permettront de tester les compétences requises des dentistes généralistes dans la pratique quotidienne qui ne sont pas actuellement testées dans l’ÉHC. Le BNED prévoit que la nouvelle ÉHC entrera en place en 2022.

Le BNED va passer les prochains mois à mettre à jour ses règlements et à développer les processus d'application des nouveaux critères d'éligibilité.

Enfin, le BNED est heureux d’annoncer qu’il commence le développement d’un site interne de test de l’ÉHC à Ottawa, en Ontario. Le développement du site d’ÉHC du BNED présente de nombreux avantages. Il permettra principalement au BNED d’administrer la nouvelle ÉHC dans un environnement de test contrôlé et cohérent, sur une base régulière tout au long de l’année. Le nouveau site d’ÉHC permettra de réduire les goulots d’étranglement dans la planification tout en augmentant la capacité de cet examen. Pour les candidats, cela offrira une plus grande flexibilité de planification, une expérience de test cohérente et un environnement global moins stressant. Le BNED prévoit d’inaugurer le site en 2022, à temps pour offrir le nouvel examen.

Le BNED a reçu un appui important de ses parties prenantes dans le cadre des changements apportés au Processus d’équivalence et il est convaincu que ces changements amélioreront la prestation continue d’évaluations justes, valides et fiables de la compétence des praticiens en médecine dentaire débutants au Canada.

Le BNED élabore actuellement les Règlements pour la mise en œuvre du Processus d’équivalence révisé. Une fois terminés et adoptés par le Bureau en mai 2021, ces règlements répondront à plusieurs questions concernant l’admissibilité, les reprises et la requalification. Entre-temps, vous trouverez des questions et réponses concernant le Processus d’équivalence révisé ci-dessous.


Questions fréquemment posées

Comment puis-je savoir si je suis admissible à passer l’ÉHC modifié ?

Vous devez avoir réussi l’ÉCF et l’ÉJC pour être admissible à l’ÉHC.

Si vous êtes déjà devenu inadmissible au Processus d’équivalence parce que vous avez échoué l’ÉHC trois fois, vous pourrez recommencer le Processus d’équivalence à partir de janvier 2022. Les détails concernant ce processus seront disponibles à l’automne.

Que faire si je suis inadmissible parce que j’ai échoué l’ÉCF ou l’ÉJC trois fois, pourrais-je recommencer le processus en 2022 ?

Seuls les candidats inadmissibles parce qu’ils ont échoué l’ÉHC trois fois pourront recommencer le Processus d’équivalence en 2022.

Que faire si j’ai déjà passé l’ÉHC sans avoir passé l’ÉJC ?

Si une personne a déjà passé l’ÉHC sans avoir passé l’ÉJC, elle n’aura qu’à compléter l’ÉJC lorsque les exigences d’admissibilité changeront en janvier 2022. Elle ne devra pas reprendre l’ÉHC.

La réduction du nombre de questions de l’ÉCF changera-t-elle le plan directeur ou le temps alloué à l’examen ?

Le nombre de questions sera réduit, par conséquent le temps alloué à l’examen sera également réduit. Ces renseignements seront inscrits dans le protocole de l’ÉCF mis à jour qui sera disponible au printemps. Le plan directeur de l’ÉCF restera le même.

Les autres examens du Processus d’équivalence offriront-ils un nombre illimité d’essais ?

Seul l’ÉHC offrira un nombre illimité d’essais. Les candidats auront un nombre illimité d’essais pour passer l’ÉHC dans une période de 60 mois. S’ils réussissent, ils doivent reprendre l’ÉCF et l’ÉJC afin de se qualifier à nouveau pour l’ÉHC. Cette mesure est en place pour assurer la validité des connaissances et du jugement.

Existe-t-il une limite au nombre d’essais pour redémarrer le Processus d’équivalence ?

Dans le cadre du nouveau système, une personne peut compléter le Processus d’équivalence seulement deux fois. Si elle échoue, elle devra compléter un programme d’obtention de diplôme ou un programme DDS/DMD/BDS pour être admissible aux examens de certification.

L’ÉHC actuel et l’ÉHC modifié seront-ils offerts en parallèle ?

L’ÉHC actuel ne sera plus offert lorsque l’ÉHC modifié sera lancé.

Quand saurons-nous quels éléments seront testés dans l’ÉHC modifié ?

Le plan directeur de l’ÉHC modifié est en cours de développement. Le plan directeur sera approuvé par le Bureau à l’Assemblée annuelle en octobre 2021, et il sera alors mis à disposition des candidats.

À quelle fréquence l’ÉHC aura-t-il lieu dans le nouveau centre d’examen du BNED ?

La mise en place d’un nouveau centre d’examen interne pour l’ÉHC permettra d’offrir l’examen régulièrement pendant l’année. Le centre sera conçu pour tester de petits groupes de candidats plus fréquemment. Cette approche comporte plusieurs avantages pour les candidats et le BNED notamment un environnement détendu, un meilleur accès à l’examen, des dates d’examen flexibles, et plus.