Back To Top

Notation et étalonnage

Établissement des normes (standard setting) et calibration

La note de passage d’un examen de certification est déterminée par un processus psychométrique que l’on appelle « l’établissement de la norme de réussite ». L’objectif de l’établissement de la norme de réussite consiste à définir le niveau minimal acceptable de rendement dans les domaines de compétences ciblés par les examens.

L’établissement de la norme de réussite est une tâche rigoureuse au cours de laquelle un groupe de dentistes du Canada révise toutes les questions d’un examen pour déterminer la note minimale exigée pour qu’un dentiste fasse preuve de sa compétence. La note minimale est une représentation des connaissances minimales que doit posséder un dentiste pour exercer sa profession d’une manière jugée sécuritaire pour le public. Il s’agit donc de la note de passage de l’examen. Celle-ci est ensuite calibrée à un pointage de 75.

Un exemple très simplifié de calibrage se présente comme suivant. Si le panel qui établit la norme de réussite a déterminé que le résultat minimum pour être un dentiste compétent est de 55%, un candidat qui a obtenu 55% à l’examen reçoit une note rééchelonnée de 75 sur son rapport de résultats. De même, les autres notes brutes sont ajustées à une note rééchelonnée.

Étalonnage

L’étalonnage est un processus statistique utilisé pour s’assurer que chaque version d’un examen est du même niveau de difficulté.

Une fois que toutes les feuilles réponses sont numérisées, une analyse statistique détaillée est exécutée par le personnel du BNED et les examinateurs en chef. Une partie de cette analyse statistique inclut l’identification et la possible élimination de toute question qui pourrait ne pas correspondre aux résultats statistiques escomptés. Comme il est possible que les questions sélectionnées pour un examen soient d’un degré de difficulté différent d’une session d’examen à une autre, le BNED utilise des procédures d’étalonnage (test equating) et de calibration pour assurer une constance dans le degré de difficulté des examens. Ainsi les résultats requis pour rencontrer la note de passage sont les mêmes pour chaque type d’examen et les résultats des candidats à différentes administrations des examens demeurent comparables.

QUESTIONS FRÉQUEMMENT POSÉES

Un comité, formé surtout de dentistes généralistes recommandés par les organismes de réglementation dentaire provinciaux, sélectionne les questions qui seront utilisées pour une évaluation ou un examen.
Les questions utilisées pour chaque administration de l’Évaluation des connaissances fondamentales (ÉCF), de l’Évaluation du jugement clinique (ÉJC), de l’Examen écrit et de l’Examen clinique objectif structuré (ECOS) sont développées et révisées par des experts en la matière qui sont principalement des membres des facultés dentaires canadiennes.
Non, les examens du BNED contiennent plus de cent questions. La note totale étalonnée n’indique pas le nombre de questions réussies. Un candidat qui reçoit une note de 74 peut avoir une ou plusieurs mauvaises réponses qui ne lui permettent pas d’atteindre de la note de passage.
Non. Un candidat ne doit pas répondre correctement à 75% des questions pour obtenir une note calibrée de 75. La note calibrée et étalonnée ne représente pas le pourcentage de questions réussies par le candidat, car la difficulté de l’examen a été prise en considération lorsqu’un groupe d’experts a établi la norme de passage (standard setting).
Non. La note de passage qui détermine si le candidat réussit ou échoue à l’examen est basée sur la recommandation d’un panel d’experts en contenu lors d’un processus appelé établissement de la norme de réussite (standard setting). Ce processus permet au panel d’analyser le contenu de l’examen afin de déterminer le niveau d’habileté requis pour un dentiste compétent et ainsi établir la note de passage. Les examens du BNED ne sont pas développés de façon à faire passer ou échouer un pourcentage prédéterminé de candidats. Si un candidat démontre sa compétence pour entrer en pratique de façon sécuritaire en répondant correctement à un nombre suffisant de questions, il réussira l’examen, quelque soit la performance des autres candidats.